Étude de cas client – Optimisation SEO d’un site existant

optimisation SEO site existant
Temps de lecture : 5 minutes

Contexte

🔸 Le client : un courtier en assurance de personnes et animaux (mutuelle santé, assurance GAV, assurance animaux et assurance obsèques).

🔸 La problématique : le site est en ligne depuis un an avec une production de contenu importante, mais les résultats ne sont pas là, le site n’a pas de trafic organique. Au moment où il m’a contacté, le client travaillait avec un rédacteur situé en Afrique, il n’y avait pas de stratégie éditoriale définie ni de calendrier éditorial. Le rédacteur choisissait les mots-clés sur lesquels ils rédigeaient au hasard, sur les thématiques liées au sujet de la mutuelle santé.

Les étapes d’optimisation d’un site web existant

1. Diagnostic de situation

J’ai d’abord fait un état des lieux, plusieurs problèmes sont ressortis.

  • De nombreux articles se cannibalisent, c’est-à-dire qu’ils se font concurrence entre eux.

  • Le maillage interne n’est pas du tout optimisé, un grand nombre d’articles sont orphelins, c’est-à-dire qu’aucun lien n’est fait vers eux. Si aucun lien n’est fait vers un article en interne, le visiteur et donc le robot Google ne peuvent pas atteindre cet article, il n’y a pas de “chemin” vers lui.

  • Un grand nombre de mots-clés visés n’avaient pas d’intérêt pour attirer un trafic qualifié. Par exemple, un article a été écrit sur l’impact de la Covid-19 sur les mutuelles santé, ou un autre sur le profil des assurés français et leur complémentaire santé. Le trafic qui pourrait être généré par de tels articles n’est pas qualifié, il y a très peu de chance que le visiteur en recherche de ce type d’information ait effectivement besoin d’une nouvelle mutuelle santé.

  • L’arborescence du site n’a pas de logique, on ajoute juste des articles sans faire attention aux URLs et au maillage interne. On fait face à une grande quantité de contenus désorganisés. Le visiteur ne peut pas se repérer dans le site et donc les robots de Google non plus.
  • On n’a pas réfléchi aux besoins et problématiques de la cible en amont, on propose donc du contenu inapproprié.
  • Plusieurs articles se positionnent sur des mots-clés identiques.
  • La production de contenu est désorganisée.
  • On publie n’importe quand, parfois 3 articles sur un mois et 15 le mois suivant.

2. Mise en place d’une stratégie éditoriale

  1. Étude de la cible : quels sont ses objectifs/problématiques ? de quoi a-t-elle besoin pour avancer/prendre sa décision d’achat ? comment notre cible manifeste-t-elle ses besoins ? comment fait-elle ses recherches ? sur quelles plateformes ? quels mots-clés saisit-elle ?

  2. Définition des mots-clés principaux sur lesquels nous allons nous positionner. Nous avons repris les pages principales pour les repositionner sur des mots-clés à fort potentiel et en lien direct avec le sujet.

  3. Étude de la concurrence Google présente sur ces mots-clés : comment les sites des concurrents sont-ils construits ? quels types de contenu trouve-t-on ? quelle quantité de contenu, à quelle fréquence ?

  4. Définition de l’arborescence du site : les concurrents ont une arborescence de site en cocon sémantique, ce qui correspond aussi parfaitement à un site avec un grand nombre de contenus. Le cocon sémantique est une technique SEO de maillage interne. Elle consiste à organiser les sujets par pilier, avec une page mère traitant du sujet dans sa globalité et des pages filles pour approfondir. Les liens faits entre les pages en interne permettent de “pousser” la page mère et elle bénéficie ainsi de meilleures positions dans les résultats de recherche.

  5. Élaboration du calendrier éditorial pour les pages principales. C’est le moment des recherches pour choisir les bons mots-clés, qui auront un potentiel de trafic intéressant en fonction des concurrents, du budget, on choisira des mots-clés plus ou moins concurrentiels. On s’assurera également de répondre à l’intention de recherche identifiée par Google pour avoir effectivement une chance de se positionner. Enfin, on s’assurera que ces mots-clé soient bien en adéquation avec notre cible pour attirer un trafic qualifié. On a donc fait ce travail dans un premier temps pour les pages principales. J’ai défini les mots-clés sur lesquels repositionner chaque page, l’axe à prendre pour la rédaction et le nombre de mots.

3. Optimisation du contenu existant

Les pages principales ont été récrites dans leur intégralité afin de repartir sur une bonne base. Mais il n’était pas envisageable de supprimer 160 articles de blog déjà produits. Cependant, un certain nombre d’articles se cannibalisaient, comme nous l’avons vu plus haut. Nous avons donc pris la décision de supprimer ces articles pour n’en garder qu’un sur chaque mot-clé.

Ensuite, j’ai repris le contenu pour optimiser la rédaction en elle-même : placer les mots-clé aux bons endroits (rédaction et balise strong), reprise du champ sémantique, optimisation des titres (balises Hn), optimisation des métadonnées (meta title et meta description), optimisation des balises alt pour les images.

Les URLs ont aussi été complètement revu afin de correspondre aux exigences de Google. Elle devait d’abord servir à notre nouvelle arborescence en cocon sémantique et également être plus courte.

4. Réalisation d’un calendrier éditorial pour la production de contenu à venir

Une fois les bases du site saines, nous avons regardé vers l’avenir et mis en place un calendrier éditorial pour l’année 2022. Le souhait de mon client est de produire beaucoup de contenu, comme c’est le cas dans ce milieu très concurrentiel. Nous publions donc 3 articles par semaine.

Pour chacune des 4 grandes thématiques, j’ai fait les recherches de mots-clés et ainsi d’idées d’articles, afin d’établir un calendrier sur une année. Nous avons environ 150 articles à venir. Certains mots-clés ont des volumes de recherche mensuels importants quand d’autres au contraire ont seulement une centaine de recherches par mois.

Alors pourquoi créer du contenu sur un mot-clé peu recherché par les internautes ?

Ces mots-clés-là sont très peu concurrentiels et ainsi il est facile de se positionner dessus. La stratégie repose sur l’ensemble, c’est-à-dire que l’addition de 100 recherches par mois sur 100 mots-clés nous amène à un total de 10 000 recherches mensuelles. Un seul mot-clé avec ce volume de recherche est forcément très concurrentiel et donc il est plus difficile de se positionner, bien que pas impossible, mais il faudra du temps et plus de budget, notamment pour des backlinks.

5. Création de contenu

Nous sommes désormais à l’étape finale, je rédige chaque semaine les articles de blog que nous publions de manière régulière.

Les premiers résultats

Nous avons mis en ligne le site avec la nouvelle arborescence le 1er janvier 2022.

La mise en ligne des nouveaux contenus à commencer début janvier 2022, à raison de 3 articles toutes les semaines publiés le lundi à 12h00 pendant un an.

Grâce à son ancienneté, le site bénéficie déjà d’une certaine crédibilité auprès de Google. Néanmoins, le client travaille encore à positionner plus de backlinks pour augmenter l’autorité de domaine. Dès le deuxième mois, nous avons vu une augmentation du trafic qui se confirme chaque mois. On voit clairement les résultats de la mise en place de cette nouvelle arborescence, de l’optimisation du contenu existant et de l’ajout de nouveaux contenus bien optimisés.

Un trafic qui augmente nettement sur les 2 premiers mois de l’année et qui continue de progresser.

konpare trafic aout 2022

Des articles de blog sur des mots-clés de niches qui se positionnent rapidement dans les premières positions.

La première colonne indique le mot-clé et la deuxième colonne donne l’évolution de sa position.

konpare position mai 22

D’autres études de cas client qui pourraient vous intéresser :